L'existence


Comme une caresse, la matière effleure l’existence, elle résonne sur le plan de la toile. D’un geste elle constitue une énergie silencieuse laissant apparaître le sujet. Elle n’est pas le sujet, elle ne fixe pas le sujet, elle est de passage entre le plein et le vide. Elle constitue une identité propre à elle-même et à la toile. Elle rebondit au contact de Trois réalités par :

- la relation espace plein /espace vide

- la résonnance de la matière à la toile

- le miroir du cœur, ou son propre miroir en suspension

La 3ème réalité est la plus importante car elle donne raison aux deux autres (mais l’une ne peut exister sans l’autre sans tomber dans le vulgaire ou l’intéressant).

Ainsi le geste du pinceau caresse trois réalités qui constituent le sens propre de la peinture. Comme un rêve ou comme une réalité il est suspendu à la pensée et attaché à l’existence.

Reflet du cœur et de la vie, l’existence est présente pour partager la sienne; cela revient à dire qu’elle n’appartient plus à celui qui crée ou celui qui regarde, mais qu’elle appartient à elle-même. Elle est autonome.