La part intelectuelle de l'œuvre





« La part intellectuelle de l’œuvre » est sans doute celle qui intéresse le plus les historiens de l’art, ce qui en fait son histoire, à un tel point que la partie humaine de l ‘œuvre s’intellectualise. C’est oublier qu’une partie de la vie pour être perçue a besoin d’être vue en dehors de tout intérêt. Ce qui fait la valeur de l’œuvre, se l’approprier comme une référence, c’est en faire à l’eccès un académisme. S’il y a académisme, il se doit de le respecter comme une forme de vie, non comme la vie.

Notre époque comme beaucoup d’autres, à cette tendance de vouloir imposer un académisme comme une forme de pouvoir.

L’idée culturelle ne peut pas être basée que sur une seule direction. Vivre signifie diversité, et accepter cette diversité, c’est accepter la vie. Prendre les choses comme elles sont, dans leur énergie propre, c’est accepter la diversité avec la conscience d’une profonde unicité et universalité.